Bio

Depuis plus de 45 ans, Michel Normandeau oeuvre activement dans le monde professionnel de la musique et des médias. Né à Montréal en 1949, il débute sa carrière en 1970 comme journaliste-reporter au journal Forum de l’Université de Montréal.  Membre fondateur d’Harmonium en 1972, il participe à l’écriture et à la création des trois albums du groupe québécois. Lors de la réalisation de l’Heptade, le troisième et dernier album d’Harmonium, il quitte le groupe. En 1977, il décide de consacrer plus de temps à la production et devient directeur artistique de la compagnie de disques Direction à Montréal. Après un long voyage qui l’amène en Europe et en Afrique du Nord, il revient à l’écriture de chansons et sort en 1979 un album solo intitulé «Jouer».

En 1980, il s’installe dans la région de l’Outaouais pour travailler à divers projets de musique et de radio. En mars 1981, il devient directeur de production pour les studios Marc à Ottawa. En 1985, il accepte un contrat de consultant pour le ministère des Communications du Canada qui lui demande de développer un programme d’appui à l’industrie canadienne du disque. Un an plus tard, il devient le gestionnaire du nouveau Programme d’aide au développement de l’enregistrement sonore, programme qui finance depuis lors les organismes Musicaction à Montréal et Factor à Toronto.

En 1989, il accepte le poste de Chef des politiques de la radiodiffusion de langue française. Il s’implique activement dans le développement de la chaîne francophone internationale TV5,  ce qui l’amène pour deux ans à Paris en 1992 comme conseiller du président de TV5 Europe. À son retour au Canada en 1995, il se consacre au développement de plusieurs projets culturels pour la Francophonie internationale.

À la fin des années ’90, on lui offre de revenir dans le secteur de la musique à Patrimoine canadien pour travailler à l’élaboration de nouveaux programmes et de nouvelles politiques en appui à l’industrie canadienne de la musique. En 2001, il devient secrétaire général du Conseil de la musique du Canada. En 2005, Patrimoine canadien lui confie la conception et la réalisation d’un site Web de formation sur le fonctionnement de l’industrie de la musique. Intitulé La musique, c’est mon affaire!», le site est lancé en avril 2006 lors des Juno Awards à Halifax.

En avril 2007, il prend sa retraite de la fonction publique pour se consacrer à des projets personnels, notamment la musique. Il renoue alors avec l’accordéon. Ce qui l’amène à monter un conte musical intitulé «Mademoiselle de Paris» qu’il présente pendant cinq semaines à l’automne 2011 au Théâtre de l’Île de Gatineau. Trois musiciens l’accompagnent : Cendrine Despax au violon, Daniel Berriault à la basse et flûte traversière, et Claude Naubert à la guitare et direction musicale.

De septembre 2010 à juin 2015, Michel présente une chronique mensuelle sur l’histoire de la chanson française à l’émission «Divines Tentations», diffusée à la radio de Radio-Canada (Ottawa-Gatineau). Parallèlement, il présente depuis 2013 dans la région de l’Outaouais des conférences sur le même sujet.

À l’automne 2013, il se met à l’écriture d’un premier roman. Intitulé « Dis-moi, Lily-Marlène », le livre sort aux Éditions David en février 2016.

En 2017, le Théâtre de l’Île de Gatineau l’invite à nouveau à présenter son conte musical « Mademoiselle de Paris ».  Le spectacle reprend l’affiche du 22 mars au 22 avril 2017.